AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Kerrial Aelendill

Aller en bas 
AuteurMessage
Kerrial Aelendill

avatar

Masculin
Nombre de messages : 22
Age : 31
Année : Sixieme
Maison : Serpentard
Loisirs : Apprendre ...
Date d'inscription : 10/11/2007

MessageSujet: Kerrial Aelendill   Sam 10 Nov - 13:47

• Identité
o Nom: Aelendill
o Prénom: Kerrial
o Surnom: Variant trop souvent que pour qu’il en ait un notable.
o Sexe: Masculin
o Année de naissance & âge (Nous sommes en septembre 1995): 1979 Novembre 28
o Rang de sang: Pur
o Année: 6 eme
o Maison: Serpentard

RESUME DU PERSO
• Apparence
o Allure générale (Taille & poids): 1 m 85 pour 70 kilos
o Visage: visage fin et aquilin
o Regard: Yeux bleus lui conférant un regard froid et intense
o Cheveux: Blonds courts
o Style vestimentaire: Rafole du noir, bleu et argent.
o Signe particulier: possède une cicatrice sur le bras droit allant du coude à l’épaule reste de son premier vol en balais.

Un bruit de pas. Vous vous retournez. Une silhouette se découpe dans la lumière d’un soleil d’hivers et bas. Sa finesse sera la première chose qui vous frappera, l’étroitesse de sa taille par rapport à sa carrure bien marquée. Sa taille n’avait rien de petite, il aimait donner l’impression de protection près de lui, le rendant désirable pour quiconque aime être protégé par son aimé et choyé ou materné. Alors qu’il se rapproche de vous, vous pouvez commencer à discerner, en plissant les yeux, quelques caractéristiques de ce corps. Ses membres, minces mais néanmoins musculeux sans pour autant l’être trop, étaient d’une proportion parfaite ; ses mains, aux doigts fins et agiles, semblent exister pour caresser, son corps pour l’être. Il se rapprochera de vous, vous discernez enfin son corps complètement … vous voyez maintenant les vêtements serrant ou plutôt enserrant ce corps, ils semblaient ne pas le gêner du tout dans ses mouvements, pas un bruit, pas un froissement … ses formes, visibles par le biais des vêtements serrés, rendaient cet être désirable pour tout humaine dotée d’une douceur et gentillesse normale. Sa cape passée par-dessus des vêtements noirs, était frappée de la griffe d’un bien illustre inconnu ; c’est lorsqu’il sera à faible distance que vous verrez les traits de son visage fin et symétrique, ou presque … ses cheveux blonds et courts. Ses yeux bleus étaient vifs et semblaient capables de discerner tout mouvement dans un périmètre assez vaste ; ses oreilles étaient plus fines et effilées que la moyenne. Ses bras, non couverts par la cape, étaient entourés de bandelettes en tissu, sur ces dernières, des dessins cabalistiques … Il s’avance vers vous avec une grâce féline … ses pupilles sont semblables à un filin, filin noirâtre. Malgré son jeune âge, il a déjà longuement voyagé et cela se sent dans ses réflexes et se voit dans ses réactions face aux interventions extérieures.
Un sourire radieux apparut sur son visage angélique ; vous ne pouvez vous empêcher de le regarder … dans un rapide mouvement, sa baguette se trouve dans sa main … de multiples entailles couvrent alors votre corps, votre sang perle et recouvre votre corps … vous criez et tentez de fuir, de crier … mais seule la Mort vous vient en aide … vous guidant vers votre nouvelle demeure.



• Caractère
o Caractère (5 lignes minimum) : dans les grandes lignes, il serait ambitieux, méprisant envers ce qui n’est pas noble et pur. Méprise tout ce qu’il appelle « le petit personnel » ne manquant pas de leur faire comprendre leur incapacité et leur nullité. Il joue beaucoup sur l’apparence et la manipulation pour parvenir à ses fins et ce de manières plus ou moins subtiles. Tant qu’il n’y a pas de témoin, qui peut lui en vouloir ? mieux vaut se trouver du bon côté de la baguette … il est égoïste, égocentrique, romantique, impulsif et acide ; pourvu d’une langue bien pendue et d’une verve, il ne manque pas de se pavaner de ses talents. Rancunier, il ne manquera pas de vous rendre au moins la pareille, il a modifié la loi de Tallion à sa façon : « Si quelqu’un te frappe, arrange toi pour qu’il ne soit plus jamais en mesure de le faire. »
Pour le résumer en deux phrases, selon lui, « Il ne lui manque que la modestie pour être parfait. »
« Appelez le maître … mais uniquement si vous êtes intimes ; pour les autres, c’est Dieu ! »
o Aime (3 lignes minimum) : la gente féminine en général lorsqu’elle est de bonne famille, il raffole du mépris lorsqu’il se trouve du bon côté de la langue et aime par-dessus tout lorsque son adversaire perd et en vient aux mains. Sa passion est d’apprendre, tout et dans tous les domaines. Il aspire à devenir le meilleur et est intimement persuadé qu’il y arrivera !

o N'aime pas (3 lignes minimum) : les sous races, les moldus, les classes inférieures, le petit personnel, le matériel qui se sent toujours obligé de ne pas fonctionner lorsqu’on en a vraiment besoin. Il déteste par-dessus tout qu’on lui fasse une remarque négative ! Il a horreur des règles sur lesquelles il ne sait pas jouer, des règles trop bien conçues en somme. Déteste lorsque le soleil lui tape dans les yeux, pour palier à ce problème, il possède dans la poche droite de sa veste une paire de lunettes noires.

o Tic / caractère distinctif : lorsqu’on lui fait une remarque, on peut lire sur son visage tout le mépris et la haine pour la personne qui la lui a fait.


• Biographie
o Origines : Anglaise
o Famille : Aelendill
o Habitat : Manoir
o Autres: /


• Magie
o Baguette : 30,5 centimètres en bois de saule cogneur, un crin de sombral
o Balai : Avec ^^
o Animal de compagnie : Hiboux grand duc
o Patronus (forme) : Vélanique
o Epouvantard (apparence) : Son père mort …
o Matière favorite : Toutes donc aucune
o Carrière future : Auror


Dernière édition par le Sam 10 Nov - 22:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kerrial Aelendill

avatar

Masculin
Nombre de messages : 22
Age : 31
Année : Sixieme
Maison : Serpentard
Loisirs : Apprendre ...
Date d'inscription : 10/11/2007

MessageSujet: Re: Kerrial Aelendill   Sam 10 Nov - 13:48

• Test RP:

Naissance

Alors que la température extérieure augmentait, alors que la vie reprenait son cours normal, alors que la rosée disparaissait peu à peu, alors que les oiseaux chantaient, une femme souffrait dans la montagne ; ses longs cheveux sombres se mariaient parfaitement avec sa peau d’une couleur pâle ; elle se cabrait par moment, de fines larmes perlaient aux coins de ses yeux et roulaient jusqu’à former de petites flaques au sol ; pas un cri, une parfaite maîtrise de sa douleur. Elle s’agrippait à la surface sur laquelle elle était posée, enfonçant ses ongles dans cette matière rocailleuse, creusant de minces sillons plus clairs dans cette masse obscure. Se cabre plus violemment. L’homme présent à ses côtés lui passa une serviette fraîche sur le front couvert de sueur. Il lui parlait d’une voix douce, la rassurant, la calmant ; pendant ce temps, l’agitation était grande, les gens autour s’affairaient. Ce n’est qu’après de multiples cabrages, de nombreuses contractions, que vint au monde deux petits êtres de chair claire. Le premier n’était qu’un tas de chair sans vie, dévoré par sa voisine dans la matrice, leurs placentas ayant été mis en contact et un échange ayant commencé entre eux. Le second, lui, était bel et bien vivant. Petit être tant attendu. L’anxiété ambiante tomba d’un coup, plus de tension ; il était né, enfin !


Petite enfance

Il était hors de question pour une famille comme les Aelendill que leur enfant aille à l’école publique. Encore moins qu’il fréquente des moldus ! Ils firent donc venir – et ce dès son quatrième anniversaire – des professeurs particuliers lui apprenant tout de la tenue en société. L’enfance de Kerrial fut volée et ne reviendra sans doute jamais. C’est assez jeune que son père lui apprit à se méfier de tous et à employer les gens à ses fins, c’est assez jeune également qu’on lui apprit les bases magiques … la baguette n’est qu’un catalyseur magique, rien de plus. Malheureusement pour lui, Kerrial n’avait pas le talent escompté et ne pouvait faire tout ce que son père lui demandait. Souvent, on trouva le jeune garçon au matin, couché dormant dans l’herbe fraiche, s’étant endormi alors qu’il tentait encore et encore de lancer quelque sort.


Début de tout et surtout de la fin

Kerrial était couché depuis plusieurs longues heures dans le douillet lit du manoir familial. Privé de sorties, il était privé de sorties et pourquoi ? Qu’y-avait-il de mal à repousser les moldus de leur propriété en leur lâchant les chiens ? Plus il y pensait, plus sa tête lui faisait mal, une migraine violente lui lacérait l’esprit … après tout, ces gens n’avaient pas à passer outre l’interdiction de pénétrer une propriété privée et ce tout éboueurs qu’ils soient !

- Pourquoi toujours moi ? Vivement mon arrivée à Poudlard ! Marre d’avoir mes parents sur le dos tout le temps … Et puis, selon Andrew, ce n’est pas si difficile … juste dur de résister à l’envie de montrer à tout ces êtres inférieurs ce qu’est la noblesse !

Trois coups furent frappés à la porte, d’un bond, Kerrial fut sur ses pieds, l’oreille tendue, prêt à réagir, comme toujours.

- Jeune maître ? Êtes vous là ?

Mais quel abrutit ! Où voudrait-il que je sois ? j’ai été puni … PUNI … le petit personnel … on en a vraiment que des ennuis !

- Où voudriez vous que je sois ? – le ton était acide et empli d’agressivité. Il devait se défouler et le domestique semblait se prêter agréablement à cette tâche !

- Madame votre mère souhaiterait s’entretenir avec vous …

Qu’est ce qu’elle me veut encore cette vieille peau ?

- J’arrive de suite !

Kerrial récupéra sa cape d’intérieur dans laquelle il se drapa, ainsi que dans sa dignité. Marchant avec bruit vers la porte, il attendit devant celle-ci que le domestique la lui ouvrit pour s’engager dans le couloir, ce sans un mot, sans un signe au domestique. Kerrial fulminait intérieurement, il arriva devant le balcon du premier étage duquel la vue portait dans l’immense hall … l’escalier de droite ou celui de gauche ? Gauche c’est mieux ! Il entreprit alors la descente de ce mastodonte de marbre. Une fois ses pieds atteignant le parquet ciré du rez-de-chaussée, il se tourna vers la double porte qui se trouvait à une quinzaine de mètres à sa droite.

Elle est dans le salon en plus … elle prend vraiment ses aises en l’absence de père ! Mais qu’elle attende son retour et elle verra bien ce qu’il advient des femelles désobéissantes !

Le visage impassible, il passa la porte – qu’un domestique lui tenait ouverte depuis quelques secondes alors qu’il attendait devant pour voir combien de temps ce dernier pourrait rester impassible, trop à son goût ! – et se retrouva dans le salon. Un claquement à peine audible l’informa que la porte avait été fermée derrière lui.

- Vous m’avez fait demandé mère ?

- Oui mon chéri … vient par ici …

Kerrial s’approcha du grand fauteuil dans lequel sa mère se prélassait ; droit comme un i, la tenue irréprochable, il attendait qu’elle prenne la parole.

- Que penses-tu de cette robe mon chéri ?

Quoi ? C’est pour me parler chiffon que vous m’avez fait descendre ? Vivement votre dernière demeure … quel sombre jour pour les Aelendill que celui ou père vous épousa … dévergondée ! Trainée !

- Je n’en pense rien de négatif … mais ne me demandez pas de vous dire que je l’aime … ou forcez moi à le faire !

- Kerrial … demain matin, ton père va viendra te chercher pour le chemin de traverse … il est temps pour toi de partir du nid … de t’envoler …

Je comprends AUSSI le français, mère …

Tu pars pour Poudlard dans un mois … voie 9 ¾ comme tous les ans à dater d’aujourd’hui …

- Bien mère …

- Allez, file dans ta chambre maintenant … je t’ai assez vu …

De même momie fossile …


~~~ Plus tard // Journal ~~~

Chemin de traverse : Août 1989

Le chemin de traverse était ce qu’il pouvait exister de plus beau à mes yeux … d’abord il n’y avait que des sorciers … les moldus n’étant pas tolérés, cet endroit restait propre de toute souillure ! Nous flânâmes longuement parmi les différents magasins, cherchant outre les livres nécessaires tantôt à des cours totalement inutiles, tantôt à des cours bien plus utiles ! Ce jour-là, je reçus ma baguette. MA baguette magique ! 30,5 centimètres en bois de saule cogneur, un crin de sombral comme nerf central, comme catalyseur à ma magie. Bien évidemment, nous passâmes aussi devant le magasin de balais mais … je ne pus, en dépit de mes demandes, en recevoir un … je reçus néanmoins un hibou grand duc majestueux que je nommai du prénom de ma tendre et chère mère … Miyuki ! Nous ne manquâmes pas non plus de passer par l’allée des embrumes et, malgré tout ce qu’on en dit, ce n’est pas si effrayant que ça ! Cela ressemble à l’aile droite … celle des Lamastu … celle de notre chère tante … qui perdit son nom au profit de celui de son mari.


Poudlard express : voie 9 ¾ même année

Le train cheminait parmi les plaines, à mesure que nous approchions de l’école, l’angoisse devenait palpable. Allais-je faire honneur aux Aelendill en étant digne représentant des Serpentard ou serais-je condamner à ne plus jamais rentrer chez moi ? Dans le compartiment, outre une jeune fille passablement mignonne mais aux cheveux étrangement cuivré, une espèce de baleine à l’intellect défaillant et deux garçons terrifiés, il y avait ce jeune garçon … dont j’ai oublié le nom car il ne sert à rien … ah si ! Enfin non … je sais plus … Nous arrivâmes devant l’école, le temps était au beau fixe, la traversée du lac allait se faire sans encombre sur les embarcations cahotantes ; c’est là que je LE vis … cette chose … cet immonde bâtard … ce type qui devait avoir dans le sang plus de pus que de magie … enfin, il s’adressa à nous, nous informant que l’on devait prendre place dans ces petites coquilles de noix. Elles se mirent en branle comme … comme par magie … nous atteignîmes la rive de l’autre côté et entamâmes notre remontée héroïque vers le château …


Choixpeau magique

Nous entrâmes dans la grande salle … quatre tables étaient alignées, quatre table une pour chaque famille, une nappe à couleur double couvrait les tables en longueur ; Vert et argent, Serpentard, bleu et bronze, Serdaigle, rouge et or, Griffondor, noir et jaune, Pouffsouffle. Sur un tabouret devant les premières années debout, un vieux tas de chiffons se mit à parler.

De Poudlard je suis le passé,
Vous, vous en serez l’avenir,
De tête en tête je suis passé,
Afin d’y lire les devenir
De très nombreuses têtes blondes.
Pour tous ma parole est sacrée,
Car je répartis les sorciers
Entre les familles, les maisons,
Et ce en fonction de vos passions.
Si vous adorez réfléchir,
Serdaigle devrait vous convenir !
Si votre courage est légende,
Les Gryffondor seront votre bande,
Si pour parvenir à vos fins,
Vous usez de tous les moyens,
Serpentard sera adapté,
Si aucune de ces qualités
Vous ne possédez plus qu’une autre,
Pouffsouffle apprécie l’équité
Cette maison deviendra la vôtre !
Maintenant, n’ayez crainte, approchez,
Qu’enfin je puisse vous répartir,
Et que débute votre avenir !


L’ovation annonciatrice de la fin de la chanson venait de débuter, le choixpeau salua l’assemblée puis, un à un nous fûmes appelés, moi en premier … Je me rappelle encore du Kerrial Aelendill ! Lorsqu’il effleura ma tête, sa décision fut prise, j’en suis convaincu, néanmoins, il me parla quelque peu.

- Serpentard me semble tout indiqué dans ton cas mon garçon … mais … penses tu que tes intensions soient louables ?

- Je ne me rappelle pas t’avoir entendu parler des intensions pour la répartition … - répondis je à mi voix, d’une voix sifflante.

Vexé, il reprit alors la parole et hurla bien fort.

- SERPENTARD !


Résumé de la première année

Outre les diverses punitions que le professeur Rogue ne parvint pas à me faire éviter, je pense m’en être bien sorti dans l’ensemble. Pas premier mais pas mauvais.


~~~ La suite tous la connaissent, l’important n’est pas ce qu’il s’est passé mais bien comment Kerrial le vécut ~~~


L’arrivée du dénommé Harry Potter fut une catastrophe, cet être était vil, on lisait en lui le malin qui s’insinuait lentement et en émanait, corrompant les gens à ses côtés. Depuis son arrivée, tout alla mal ! Là où auparavant, Kerrial avait une place de choix, il la perdait … heureusement, tous n’étaient pas aveugles ou corrompus ! Le pauvre orphelin n’avait pas que des amis …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kerrial Aelendill

avatar

Masculin
Nombre de messages : 22
Age : 31
Année : Sixieme
Maison : Serpentard
Loisirs : Apprendre ...
Date d'inscription : 10/11/2007

MessageSujet: Re: Kerrial Aelendill   Sam 10 Nov - 13:49

~~~ Histoire lacunaire de la déchéance des Lamastu ~~~

HRP // Cette histoire montrant l’éducation que l’on reçoit dans les sous-branches des Aelendill, les actes intérieurs au manoir principal étant interdits à toute divulgation même lacunaire, j’ai dû demander la permission pour pouvoir vous noter les quelques notes du jeune Kerrial
Bien à vous \\ HRP



Il y a 15 ans de cela, alors que la journée battait son plein et que le soleil chauffait la planète, deux femmes, sœurs jumelles, erraient dans la forêt, récoltant champignons, déambulant dans une atmosphère emplie d’odeurs toutes plus agréables les unes que les autres, et s’arrêtant par moment dans les quelques rares clairières à contempler les fleurs et poissons dans les cours d’eau. Arrivées sous un arbre plus massif que les autres, elles remarquèrent, non loin de là, une densité de champignons assez impressionnante. L’un, au centre d’un cercle, attira les deux femmes. Elles se dirigèrent vers ce dernier … à peine leurs pieds furent-ils tous deux dans le cercle qu’elles tombèrent dans un sommeil magique ; à leur réveil, elles ne se rappelleront de rien ! Un être malfaisant, intéressé par les deux femmes, les avait fait venir jusqu’à lui et, maintenant qu’elles étaient sans défense, n’allait pas se priver d’un plaisir aussi grand.
Une petite heure plus tard, les deux sœurs ouvrirent les yeux et se relevèrent. Plus de cercle de champignon … plus de champignons du tout. Dans les buissons, non loin, une petite silhouette disparaissait rapidement et sans un bruit. Les deux sœurs mirent leur endormissement soudain sur le compte de la fatigue liée à leur mauvaise nuit après le repas de la veille qui fut bien arrosé. L’une jeta un rapide coup d’œil au ciel, les rais de soleil filtrant au travers des feuillages remuant lentement au vent. Au vu et su de l’avancement de la journée, les deux femmes se décidèrent à rentrer chez elles. Elles passèrent par le village portant fièrement le nom de Kroy, petit village accueillant à mi chemin entre la forêt et le domaine des Lamastus. Elles passèrent devant l’auberge, animée comme de coutume, et, après de nombreuses invitations plus ou moins douteuses, finirent par passer les grilles menant au Manoir.
La large bâtisse, de pierres noircies par le temps, trônait sur un petit monticule terreux. Elles passèrent devant l’annexe Est, partie réservée aux servantes et palefreniers, et furent saluées à moult reprises ; elles choisissaient de passer devant cette annexe à chaque fois, préférant l’agréable odeur de lessive et repas à celle de la sueur et des potions douteuses de l’aile Ouest réservée, elle, aux entraînements et salles alchimiques. Les allées, verdoyantes, menaient à un large escalier marbré de fer. La porte, d’une hauteur respectable, s’ouvrit alors que leur pied se posait sur la dernière marche avant d’arriver au palier d’entrée. Une servante, assez jeune aux cheveux noirs et aux mains douces et blanches, leur ouvrit. Elles sourirent et la saluèrent. L’une, Emy, la plus âgée aux cheveux blonds et tombant à la mi-dos, frappa dans les mains et remit les deux paniers à la servante qui apparut.
- Pourriez vous nous préparez de petits toasts avec les champignons que nous avons récoltés et nous les apporter dans le salon ?
- Bien Madame !
La servante se retira portant les champignons et se dirigea vers l’annexe reliée au corps de la maison par un couloir souterrain, le pont de verre étant réservé aux Lamastu. Emy et sa sœur, Floriane, gravirent avec majesté les gigantesques escaliers de marbre blanc menant au second, le troisième étant réservé à des chambres pour les plus jeunes et encore fougueux. Elles entrèrent dans leur chambre respective et après un bain chaud et un rhabillement en règle, descendirent dans le salon situé, lui, au premier. Les larges baies vitrées emplissaient la pièce d’une douce lumière, très prisée dans un monde de forêts touffues et dangereuses. Les deux femmes discutèrent gentiment et dégustèrent leurs toasts aux champignons …
Quelques mois plus tard, neuf pour être un brin plus précis, suite à une grossesse normale et à un accouchement douloureux, les deux femmes mirent au monde deux magnifiques filles, à moitié nymphes, qui portaient les gracieux noms d’Astarté et Aluqua. Leurs pères, enfin, leurs beaux pères, étaient ravis et ils éduquèrent les petites suivant un code assez strict.


Le soleil se levait par delà la forêt s’étendant loin à l’est du manoir. Les Lamastu dormaient, sauf un. Pas un bruit. Le silence matinal troublé par moment par un oiseau au loin commençant sa journée par un chant revigorant. Un grincement de porte se fit entendre. La demie de cinq heures vint à sonner à la lourde pendule du rez-de-chaussée. Un chat rampa dans l’herbe de la propriété, avança petit à petit vers sa proie. Un léger grincement se fit entendre, porte qui s’ouvre mais se referme sans le moindre bruit. Le chat avançait prudemment, assurant le poser de ses pattes sur l’herbe encore couverte de rosée matinale. Une silhouette se déplaçait à pas feutrés, arrivant au troisième étage. La bête avait sa proie en visuel, elle arma son bond meurtrier. La silhouette sortit deux armes de jet et arma son lancer. Dans sa tête passèrent toutes les possibilités d’action … La silhouette ouvrit la porte de la chambre d’Astarté et Alouqua et lança ses armes, le chat bondit. Cadavre sanguinolent dans la gueule, le chat alla dévorer sa proie. Deux dards plantés dans les corps d’Astarté et Alouqua. La silhouette fit un bond en avant, esquivant de justesse le coup mortel assené par Alouqua sortant de l’ombre, Astarté termina son sort, une lame vint se ficher dans la jambe de l’ennemi qui disparut purement et simplement.
- C’est bien les filles ! Soyez toujours vigilantes ! Aucun relâchement ! Ils pourraient vous être fatal !
Un homme se tenait dans l’encadrure de la porte. Sa présence emplissait la pièce d’une calme aura apaisant les petites.
- Il est bien tôt pour un entraînement, ne trouvez vous pas ? – demanda Astarté
- L’aube arrive seulement, le soleil est encore rouge de sa nuit torride …
- Il vous faut être apte à combattre quel qu’en soit le moment ! Quel que soit le lieu !
- Vous avez raison … - répondirent en cœur les cousines.
- Allez, levez vous, il vous faut vous apprêter, début de l’entraînement sitôt votre petit déjeuner pris, et sitôt votre habillement terminé.
Les deux petites se regardèrent, mirant leur nudité nocturne. Elles se dirigèrent ensemble vers la salle de bains après un « oui » sonnant. Une fois lavées et rhabillées, les deux petites descendirent prendre leur petit déjeuner assez copieux en calories mais bien peu en quantité. Elles prirent le pont de verre de l’aile Ouest et arrivèrent au premier étage de la salle d’entraînements.
- Aujourd’hui, pour commencer, une heure ou deux de théorie suivie de pratique et enfin, combat libre contre des ombres.
Les cours commencèrent, après des rappels de la veille, le sujet passa de mathématiques à géographie en passant par étude du mana et autres choses. Quelques interrogations plus tard, le véritable entraînement pu démarrer. Toutes deux apprirent un peu plus avant le maniement de la dague et l’apposition de poison, avant de passer à l’Art. Le plus Noble, le plus Dangereux, le plus Puissant : L’Occultisme. Les ombres étant une spécialité familiale, c’est cela qu’elles apprirent ; créer un double de soi-même, disparaître dans une ombre, lancer des dagues d’ombres empoisonnées ainsi que la technique personnelle et propre à chacune d’entre elle. La matinée ayant pris fin et la faim se faisant sentir, les cours s’arrêtèrent. Les deux fillettes se dirigèrent rapidement vers leur chambre afin de prendre une rapide douche et de se revêtir comme il se doit pour aller se sustenter. Elles parvinrent devant la double et lourde porte menant à la salle à manger. Deux servants se tenaient, en arme d’apparat, dos à la porte. Lorsque les petites filles apparurent, ils ouvrirent la double porte sans le moindre bruit et les saluèrent au passage avant de refermer derrière elles les portes de bois épais et cloutées. Arrivées dans l’immense salle à manger, elles s’aperçurent que leurs parents y étaient déjà, aussi saluèrent-elles et prirent elles place à table sans la moindre parole ; il était de rigueur que ce soit les adultes qui parlent et les enfants qui, par moment, répondent.
Une fois le repas terminé, toutes eux purent aller s’amuser à leur gré durant une paire d’heures, c'est-à-dire jusqu’à ce que le soleil passerait sur la pointe du pic de la maison. Comme à leurs habitudes, Astarté et Alouqua allèrent dans le bois de la propriété, le vrai leur étant interdit. Là, elles s’entraînaient à une magie très différente et inexplicable pour elles mais refusaient d’en parler, c’était un peu comme leur jardin secret. Alors que le soleil commençait à se faire transpercer par la pointe de la demeure des Lamastu, les deux petites rentrèrent au manoir. Leur maître les prit avec lui et l’après midi ne fut qu’entraînement magique et maîtrise de soi ainsi qu’effets visuels et autres fantaisies sonores.
Lorsque la fatigue spirituelle commençait à se faire sentir chez les petites, les cours se finissaient. Toutes deux avaient encore une petite heure de jeu qu’elles passaient dans leur chambre ensemble après la troisième douche de la journée. Ensuite arriva le moment du repas du soir, festin chez les Lamastu. Ce soir là, les discussions étaient très animées, il était question de mariage futur des filles de ce manoir avec un garçon, un Lamastu lui aussi car on ne se marie qu’au sein de la famille. Pour la première fois dans l’histoire de la famille des Lamastu, une enfant, Astarté en l’occurrence se leva et parla sans y avoir été invitée.
- Je refuse de me marier à quelqu’un que je ne connais pas ! Pourquoi ne pourrais je pas me marier à Alouqua ?
Les adultes tournèrent leurs têtes vers les deux jeunes filles, l’une regrettant d’avoir parlé, l’autre regrettant que sa cousine aie divulgué leur secret. Les yeux emplis de flammes noires, le père d’Astarté se leva.
- Astarté, explique-toi maintenant ! Et vite !
Astarté baissa la tête et continua rougissant :
- J’aime Alouqua et c’est avec elle que je veux ma vie … pouvoir me blottir contre son corps, pouvoir caresser de mes mains sa peau douce, pouvoir …
Astarté ne finit jamais sa phrase, une baffe claqua dans la pièce maintenant vide de bruit. Des larmes apparurent aux yeux d’Astarté.




• Hors Jeu
o Prénom ou surnom : Geoffrey / Saelenia
o Age (OBLIGATOIRE) : 20 ans
o Sexe : Masculin
o Comment avez vous connu le forum : par Keith ( loué soit il ^^ )
o Ses points forts : Des gens chouettes, un univers merveilleux
o Ses points faibles : un système de fiche de perso qui demande de faire du non RP
o Suggestions pour l’améliorer : Plus de RP pour la présentation.
o Autre : /
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kerrial Aelendill

avatar

Masculin
Nombre de messages : 22
Age : 31
Année : Sixieme
Maison : Serpentard
Loisirs : Apprendre ...
Date d'inscription : 10/11/2007

MessageSujet: Re: Kerrial Aelendill   Sam 10 Nov - 13:52

HRP total // Mon avatar suivra une fois que Keith l'aura fait ^^ le personnage choisi ( s'il n'est déjà pris ) serait le personnage principal d'ERAGON.

NB : le personnage fut décrit avant le choix de l'avatar ... \\ latot PRH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andreï Ivanov
5ème année
avatar

Masculin
Nombre de messages : 216
Age : 28
Année : 5ème année
Maison : Gryffondor
Date d'inscription : 17/09/2007

MessageSujet: Re: Kerrial Aelendill   Sam 10 Nov - 14:02

Très très bonne fiche :O

Mais euh... Tu pourrais rallonger (non pas le test RP je te rassure Razz) un peu pour le "n'aime pas" Je sais pas si c'est à cause de mon écran mais je n'ai pas trois lignes ^^

Dès que ce sera fait, je te valide et t'envoie chez Serpentard Very Happy


// Oui je chipote pour les lignes ^^ //

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drago Malefoy
Administrateur & Attrapeur & Préfet & 5ème année
avatar

Nombre de messages : 77
Date d'inscription : 11/09/2007

MessageSujet: Re: Kerrial Aelendill   Sam 10 Nov - 16:54

Bienvenue

Tu seras validé lorsque tu auras rajouté une ligne à "n'aime pas" et que tu auras mit un avatar ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kerrial Aelendill

avatar

Masculin
Nombre de messages : 22
Age : 31
Année : Sixieme
Maison : Serpentard
Loisirs : Apprendre ...
Date d'inscription : 10/11/2007

MessageSujet: Re: Kerrial Aelendill   Sam 10 Nov - 22:46

Je pense avoir fait ce qui m'était demandé ... ^^ ( message pouvant être supprimé car inutile en soi )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andreï Ivanov
5ème année
avatar

Masculin
Nombre de messages : 216
Age : 28
Année : 5ème année
Maison : Gryffondor
Date d'inscription : 17/09/2007

MessageSujet: Re: Kerrial Aelendill   Sam 10 Nov - 22:54

C'est bon je te valide ^^

Je t'envoie donc chez les Serpentards!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kerrial Aelendill

avatar

Masculin
Nombre de messages : 22
Age : 31
Année : Sixieme
Maison : Serpentard
Loisirs : Apprendre ...
Date d'inscription : 10/11/2007

MessageSujet: Re: Kerrial Aelendill   Dim 11 Nov - 13:48

Merci à vous ^^

Espérant être amené à vous croiser Wink

Bonne journée Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Kerrial Aelendill   

Revenir en haut Aller en bas
 
Kerrial Aelendill
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
créé Lumos Solem :: Avant de jouer ... :: Les personnages :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: